Vélomagus, récit d'un vélotafeur accidenté.

Le testament

Comme vous l'aurez compris, il est désormais temps de clore ce récit. Je me suis longtemps demandé comment ça allait se finir et puis la solution est apparue avec le temps. Mon créateur va se défaire de la victime dont je tiens le rôle, alors je vous livre mon testament :

"Mes chers enfants, chère compagne, chers parents, frère, famille et amis,

Il est temps pour moi de disparaître. Je suis arrivé comme un éclair dans votre vie. Comme un éclair qui précède la tempête. J'ai beaucoup abîmé, beaucoup dérangé, beaucoup bousculé. Cela faisait partie des conséquences inévitables. Sachez qu'en dépit de mes souffrance, je me suis efforcé de limiter les dégâts . Mais l'on n'arrête pas facilement ce souffle dévastateur. Ma présence est devenue, petit à petit, lourde et pesante.

J'étais pourtant au début venu avec de bonnes intentions. Il n'était pas question de mettre ma vie en péril. Au contraire, prendre le vélo était pour moi un défi pour l'avenir. Réduire mon impact pour les générations futures, tout en me conservant en forme. Seulement voilà, l'impact c'est moi qui l'ai pris et on ne peut pas dire que j'ai gardé la même forme qu'avant. Je tenais juste à vous dire à quel point je regrette d'avoir été l'origine d'autant de désordre.

Je vais donc disparaître car c'est au final ce que j'ai de mieux à faire. Je laisse l'avenir au nouveau moi. Il va continuer ce que j'avais entreprit, en gardant mon souvenir en tête. Oui ça j'en suis sûr il saura s'en rappeler.

Je vous lègue beaucoup de traumatismes à tous. Mais toi, créateur de Vélomagus, je compte sur toi pour leur donner de l'espoir et de la force. Je sais que tu peux le faire"

Vélomagus, Avril 2021.

 

Je le ferai ... et je n'ai qu'une parole.

 

FIN